Energie Hydroélectrique

nrj Hydro

L’énergie hydroélectrique, ou hydroélectricité, est une énergie électrique obtenue par conversion de l’énergie hydraulique des différents flux d’eau. (fleuves, rivières, chutes d’eau, courants marins,…) L’énergie hydroélectrique est une énergie renouvelable. Elle est aussi considérée comme une énergie propre.

Du fait de la capacité de stockage de l’eau des barrages, l’énergie hydroélectrique peut jouer le rôle de variable d’ajustement de la production d’électricité grâce à sa grande souplesse d’utilisation. Même si les coûts d’investissement sont généralement élevés, les coûts de maintenance sont raisonnables et les installations sont prévues pour durer plusieurs dizaines d’années.

L’énergie ainsi produite est renouvelable et son prix de revient est faible. Le bilan est plutôt positif, c’est un des systèmes de production d’électricité les plus rentables.

L’énergie hydroélectrique est stockable (pour les unités avec réservoir), elle peut donc être utilisée en pointe, c’est-à-dire quand la demande est la plus forte sur le réseau de distribution publique d’électricité. En revanche, la production d’hydroélectricité est variable d’une année à l’autre en fonction du climat et de la pluviométrie sur la zone concernée par la retenue d’eau.

En Nouvelle Calédonie, ENERCAL, seul producteur d’énergie hydraulique, dispose d’un parc de trois aménagements hydroélectriques avec Yaté au sud (68 MW), Néaoua (7,2 MW) et Tu (2 MW) sur la côte Est ainsi que neuf microcentrales hydrauliques (0,5 MW).

Aujourd’hui, avec une moyenne annuelle de 340 GWh, près de 20 % de l’électricité produite en Nouvelle Calédonie provient de l’énergie hydraulique.

L’utilisation d’énergie de source hydraulique est globalement positive pour l’environnement. Cependant les impacts environnementaux peuvent être très importants, surtout lors de la construction des barrages et la création des retenues d’eau artificielles qui peuvent s’étendre sur des dizaines de km².

Le bilan en gaz à effet de serre des systèmes hydroélectriques est nettement positif. Il faut néanmoins tenir compte qu’il faut plusieurs années avant que le CO2 dépensé lors de sa construction soit compensé par l’électricité produite.